jeudi 20 décembre 2012

PACTE POUR LA COMPÉTITIVITÉ DE L’INDUSTRIE FRANÇAISE

Rapport de Louis Gallois du 05 novembre 2012 remis au Premier Ministre.
Page 37

1. Une formation répondant aux besoins de l’industrie
La régression de la France dans les classements PISA est, à l’évidence, un sujet de préoccupation. Nous ne traiterons pas ici de ce sujet majeur mais nous voulons souligner que l’Éducation est à la base de la compétitivité d’un pays. Elle mérite une priorité absolue. Nous nous concentrerons ici sur l’impact de l’appareil et des politiques de formation sur l’industrie.
Avec une remarque préliminaire : l’enseignement technique et professionnel ne bénéficie toujours pas, en France, de la priorité qu’il mérite même si les Régions ont fait un effort considérable d’investissement dans les lycées. Les moyens alloués sont encore insuffisants et l’image de cet enseignement, au moment de l’orientation des jeunes, n’est pas valorisée.
Cela impacte directement l’attractivité et l’emploi industriels. La différence avec l’Allemagne est ici « massive » : elle explique, sans aucun doute, une part significative de l’écart de compétitivité entre les deux pays.

a. La formation initiale : rapprocher le système éducatif et les entreprises
De nombreux industriels se plaignent de ne pas trouver les personnels dont ils ont besoin, en dépit d’un chômage élevé. Cela résulte pour partie – nous l’avons déjà noté – d’une inadéquation persistante entre l’offre de l’Éducation Nationale et les besoins des entreprises.
Le Service Public de l’Orientation oriente trop souvent en fonction des places disponibles et pas assez en fonction des besoins. Le dialogue entre le dispositif d’enseignement et l’industrie est lui-même très insuffisant. Cependant, les mentalités évoluent des deux côtés; cela doit permettre de renforcer ce dialogue, de manière efficace.
Nous proposons que les entreprises soient associées à la gouvernance de l’enseignement technique et professionnel au niveau des établissements (Conseil d’administration), des Régions (établissement des cartes de formation) et au niveau national. Les accords-cadres de partenariat entre l’Éducation Nationale et les fédérations professionnelles devraient être vigoureusement encouragés. Il conviendrait de multiplier des initiatives analogues dans les Universités. Les grandes écoles tirent en effet une partie de leur force de la proximité avec les entreprises. Les visites et les stages d’enseignants et d’élèves à tous niveaux actuellement trop peu fréquents, permettraient une meilleure connaissance de l’entreprise et de son rôle dans la société. Leur nombre doit être sensiblement accru.

Source : Cliquez sur le lien

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Le message sera publié après modération.

Voilà : c'est fait.
Et un grand merci !

LinkWthin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...