mardi 18 décembre 2012

Inquiétude Parents Professeurs Lycee Neruda Dieppe

FERMETURE d’une classe de SECONDE
& du BTS IPM


Lycée scientifique et technologique Pablo Neruda de Dieppe (76)

Mercredi 19 décembre, le proviseur a confirmé la suppression d’une classe de SECONDE, et celle de la section de BTS I.P.M. qui devraient être actées par le Rectorat le 17 janvier 2013. Il a aussi annoncé le maintien du BTS CIM au sein du lycée. Cette dernière décision n’a pas été une surprise. Dès le départ, nous pensions que le Rectorat allait faire un « effort » en relocalisant le BTS CIM en contrepartie de la suppression de  la quatrième seconde et de la section BTS IPM. Cette décision ne nous satisfait aucunement !

Nous avions préalablement contacté vendredi 14 décembre, les industriels, les grappes d’entreprises Dieppe Méca Energies et Vialog, la CCI de Dieppe, les organisations professionnelles (MEDEF, UIMM, CGPME, CJD), les associations (NAE, ARIA et GERDET)


Nous avons d’ores et déjà reçu le soutien Monsieur Patrice Gault, président de la grappe Dieppe Méca Energies et il est  aussi mandaté par le président Dominique Garçonnet de la CCI de Dieppe pour appuyer nos demandes.

Ce même vendredi, nous avons également alerté l’ensemble des élus locaux du secteur de Dieppe (maires, conseillers généraux et régionaux), et aussi trois députés (Mesdames Sandrine Hurel et Dominique Chauvel et Monsieur Guillaume Bachelet pour sa connaissance du milieu industriel haut-normand).

Monsieur Sébastien Jumel, maire de Dieppe demeure un soutien indéfectible depuis plusieurs années également. Nous avons rencontré Monsieur Bernard Bazille, maire de Saint Aubin sur Scie et il nous apporte aussi son aide. Le maire de Bacqueville en Caux, Monsieur Etienne Delarue nous a également transmis son appui.


Nous vous rappelons l’argumentaire détaillé qui justifie notre opposition aux décisions de Madame le Recteur :

Concernant la classe de seconde :
Cette suppression va à l’encontre de la position que le rectorat avait affichée en mai 2012, avec la venue du directeur de cabinet, de la responsable communication et des inspecteurs en Sciences et Techniques Industrielles, où il avait été question de promouvoir l’établissement auprès des élèves de collèges, pour augmenter le flux des entrées en seconde générale au lycée, en convoquant les principaux de collège et les professeurs principaux de troisièmes. Nous notons que cette annonce n’a pas été suivie d’une mise en œuvre par les services du Rectorat.
Lors de la réunion de pré-rentée de septembre 2012, le proviseur a annoncé devant l’ensemble des collègues et l’inspecteur pédagogique régional, responsable du lycée, que l’inspection académique avait commis une erreur d’orientation pour 20 élèves qui voulaient s’inscrire au lycée Neruda, pour suivre l’enseignement de MPS. Elle les aurait orientés vers le lycée Jehan Ango alors que cet enseignement est aussi dispensé à Neruda. Aujourd’hui, il est prévu de fermer une classe de seconde ; c’est la conséquence directe de cette erreur. Nous ne pouvons pas accepter de faire les frais d’une erreur de notre autorité de tutelle! Ce serait accepter de tarir la source et de faire disparaître à terme des classes de première, terminale et BTS…

Concernant la fermeture du BTS IPM (Industrialisation des Produits Mécaniques)
Il a déjà été menacé en décembre 2011 et en 2009.
Le Rectorat a décidé que l’ouverture, à la rentrée 2012, du BTS EN (Environnement Nucléaire) serait réalisée à moyens constants. Par conséquent, les classes de BTS IPM et CIM ont été regroupées et réduites à un effectif total de 15 étudiants. Actuellement, 14 étudiants sont en classe de BTS CIM/IPM première année.
Pour répondre aux exigences d’économie de moyens demandées par le rectorat en BTS, la direction du lycée Neruda a regroupé les enseignements généraux (français, anglais, mathématiques et physique appliquée) en classes de BTS IPM et CIM mais aussi en BTS CRSA (Conception et réalisation de systèmes automatiques) et BTS EN, et ce, au détriment de la qualité de l’enseignement pour les étudiants.
Les effectifs des classes de terminale technologique STI2D (Sciences et Technologies de l'Industrie et du Développement Durable) spécialité ITEC (Innovation Technologique et Eco-Conception) du lycée scientifique et technologique Pablo Neruda et des baccalauréats professionnels Technicien d’Usinage et Microtechniques du lycée professionnel Emulation dieppoise sont actuellement suffisants pour alimenter cette classe de BTS à la rentrée prochaine.


De plus, au niveau national, le Ministère de l’enseignement supérieur prévoit une augmentation des effectifs de BTS industriels dans les années à venir et jusqu’à l’horizon 2020.

Nous avons envoyé des courriels à Messieurs François Hollande, Vincent Peillon, Arnaud Montebourg et Madame Geneviève Fioraso ministre de l’enseignement supérieur, qui sont malheureusement restés sans réponse à ce jour.

En effet, nous ne pouvons croire que le Président de la République et ses ministres n’aient pas eu connaissance du contenu du rapport de Louis Gallois « Pacte pour la compétitivité de l’industrie française » commandé par le Premier Ministre et qui lui a été remis le 05 novembre 2012 (voir la page 37 ).

La ré-industrialisation et le redressement productif prônés par le gouvernement depuis son arrivée au pouvoir ne seraient donc que des mots et de la poudre aux yeux ?

C’est bien-sûr, tout d’abord, dans l’intérêt de nos élèves que nous militons pour le maintien de ces formations mais aussi dans l’intérêt du territoire, car le lycée risque de disparaître à terme. Les futurs étudiants, qui souhaitent poursuivre dans cette filière, devront désormais aller à Rouen, Le Havre ou Evreux pour le BTS IPM.
Etant en général issu de milieux modestes, auront-ils les moyens de payer ces études délocalisées ? Il faut penser au budget des familles qui s'appauvrit d'année en année car les bourses destinées aux élèves ne sont plus aussi généreuses qu'auparavant. A titre d’exemple, le lycée Blaise Pascal à Rouen n’a pas d’internat pour les étudiants contrairement à notre établissement. La mesure visant ce BTS va aussi engendrer une suppression de l’offre de formation post-bac à Dieppe pour la filière mécanique. Si les étudiants sont obligés de partir de Dieppe pour étudier, ils ne reviendront pas sur notre territoire. Cela induira un affaiblissement du tissu industriel dieppois.

Nous avons proposé, à la région de réaliser une plateforme technologique en métrologie et d’acheter une machine à mesurer tri-dimensionnelle numérisée qui pourrait aussi servir aux sections de BTS CIM et IPM et aux industriels dieppois.
La question se pose avec plus d’acuité que l’an dernier : comment cette collectivité, qui a beaucoup investi dans un passé récent, inscrit-elle désormais notre lycée dans son schéma de développement de la formation initiale et continue ?
Une coloration robinetterie avait été évoquée par le proviseur. Nous avions proposé une coloration aéronautique du BTS IPM et de mettre en place une licence professionnelle aéronautique pour être en accord avec le développement de cette industrie dans notre région. Rien n’a évolué : aucune proposition n’a été étudiée sérieusement

Pourtant, cette filière, dont le taux de réussite est élevé, est réellement porteuse d’emplois. En effet, les entreprises du secteur dieppois, vont avoir besoin de recruter dans les prochaines années (papy-boom, développement d’activités, …) et il en est de même au niveau régional avec la filière aéronautique et spatiale. La fermeture de cette section va renforcer les craintes des industriels à propos du déficit de main d’œuvre qui se fait déjà ressentir de façon importante. Vous pouvez lire le bulletin du CREFOR de novembre 2012 pages 8 et 9 à l’adresse suivante (cliquez sur le lien) 

http://www.crefor-hn.fr/

La Région devrait investir 8 millions d’euros dans la future entreprise Alpine Caterham, et l’Etat finance à hauteur de 4 millions d’euros. Mais où va-t-on trouver les techniciens pour faire fonctionner cet établissement alors que beaucoup de métiers de la mécanique sont déjà en tension ?

Ce BTS permet aussi la promotion sociale de nos jeunes. Les étudiants peuvent poursuivre leurs études au sein du lycée dans le cadre de la licence professionnelle Management des organisations. Certains poursuivent vers un master ou une école d’ingénieurs.

Enfin, nous déplorons les suppressions de postes générées par cette annonce du rectorat, cette année et les années suivantes. Les professeurs sont remplis d’amertume par ces nouveaux rebondissements car ils ont respecté les contraintes imposées par le rectorat pour la rentrée 2012.

De plus, nous insistons sur l’importance d’accroître les effectifs des classes de seconde au lieu de réduire encore ses effectifs. Cette démarche permettrait d’alimenter de façon pérenne nos différentes filières car Pablo Neruda est à la fois :

- un lycée d’enseignement général, première et terminale scientifiques, option sciences de l’ingénieur, avec de très bons taux de réussite au baccalauréat et il en est de même concernant le classement de nos bacheliers scientifiques dans les classes préparatoires aux grandes écoles,

- un lycée d’enseignement technologique avec le baccalauréat STI 2D (Science et technologie de l’industrie et du développement durable) dont la première promotion sortira en juin 2013,

- et un établissement d’enseignement supérieur offrant des formations de B.T.S. industriels (CIM, CRSA , EN, ET et IPM) et une licence  professionnelle Management des organisations qui ont un excellent taux d’insertion professionnelle dans notre territoire.

En raison de l’ensemble de ses atouts, nous pensons que le lycée Neruda mérite d'être connu, sauvé et développé, et non amputé. Il en va de l'avenir de Dieppe et sa région.

Nous continuons à nous interroger sur l’intérêt que portent le Rectorat et la Région, à notre établissement. Nous nous inquiétons, en particulier, de ne pas avoir reçu de réponses de la part du conseil régional suite à nos différents appels lancés les années précédentes.

A quand une table ronde avec toutes les parties prenantes, sur l’avenir de notre lycée et des filières technologiques sur le secteur de Dieppe ?

 Comme vous le savez, le BTS I.P.M. avait déjà été menacé deux fois, et c’est la mobilisation du monde industriel, des institutionnels, et le soutien des élus, des parents et des élèves qui a permis son maintien.

Nous avons à nouveau besoin de vous, pour faire entendre raison au Rectorat, qui respecte la seule logique comptable et oublie ses engagements, pour maintenir la quatrième seconde et le BTS IPM.

Les parents et les enseignants inquiets


DME : Dieppe Méca Energies   

VIALOG :   

NAE : Normandie AéroEspace   

ARIA :  Association Régionale de l’Industrie Automobile Haute-Normandie

GERDET : Groupement des Entrepreneurs Région Dieppe Eu Le Tréport  

Les BTS        CIM : Conception et Industrialisation en Micro-technique
CRSA : Conception et Réalisation de Systèmes Automatiques
EN : Environnement Nucléaire
ET : Electro-Technique
IPM : Industrialisation des Produits Mécaniques

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Le message sera publié après modération.

Voilà : c'est fait.
Et un grand merci !

LinkWthin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...